Comment vendre rapidement son bien immobilier

La morosité s’installe dans l’hexagone. Tous les indicateurs annoncent déjà une baisse relative des transactions pour les 3 premiers mois de l’année. L’intention d’achat des français est en berne. Tout bien confondus neuf et ancien, les prix ont cependant évolués de 0.4%.

Idem pour  la capitale qui n’échappe plus à cette inflexion du marché où il n’ y a désormais plus qu’un acheteur pour un vendeur. Ce qui est insuffisant mais l’évolution des prix signés ont tout de même progressé de 7.8% (sic).
Dans certaines régions comme la Creuse, on se satisferait de ce rapport et de ce prix hallucinatoire, mais revenons sur le plancher des vaches, car ce n’est pas le cas . Comptez seulement 842 €  par m² pour habiter cette magnifique région, prix raz des pâquerettes en France. La côte d’azur n’échappe pas à cette tendance à la baisse,  il faudra aller à  Rennes, Brest, Bordeaux ou Montpellier pour enregistrer des hausses d’environ 6%. Cependant vous devez vendre. Même si les  circonstances sont peu favorables, elles ne sont pas catastrophiques.
Rassurez-vous, 2 à 3% de fluctuation ne changeront rien à votre objectif, ni même à votre budget, surtout ne  pas céder à la  panique. En revanche, certaines régions subissent des baisses  importantes comprises entre 10 et 15% . Si votre bien en fait partie, alors il faudra adopter une  stratégie  efficace pour vendre rapidement dans un marché en souffrance.

Le premier des comportements  à avoir : devenez bon vendeur et soyez avant tout un observateur attentif, logique et intègre. Renseignez-vous  sur les ventes récentes du secteur à l’identique de votre bien pour en connaitre les prix de cession. Dressez une liste des avantages et  inconvénients de votre bien par rapport à ces dernières ventes.

Voici ce qu’il faut retenir: l’emplacement et son environnement, les nuisance sonores, odorantes et visuelles, la qualité de construction, les travaux à prévoir, la remise en conformité, l’analyse  du DPE, est-ce un plein pied ou avec étage,  avec ou sans terrain. Si c’est un appartement, les parties communes, le collectif, sécurisé ou non, avec garage ou parking, avec ascenseur ou sans, à quel étage,  comparez les taxes et impôts, les charges de copropriétés et vous  obtiendrez un ensemble précis pour  en évaluer le prix. Ne le surestimez pas, vous perdrez votre temps. Visez le juste prix pour stimuler les visites.

Sachez qu’avant de venir , un acheteur sera renseigné sur sa valeur. Il viendra le couteau entre les dents pour déceler la moindre imperfection. Une mission commando qui est devenue coutume maintenant. Objectif: faire baisser le prix.

Pour éviter ce genre de pratique, soyez sûr de ce que vous proposez. Dès le départ établissez une relation de confiance avec l’intéressé en étant objectif et  honnête. Guidez  la visite mais n’en faites pas trop. Laissez le découvrir les avantages, mais aussi les inconvénients. Il est impératif de les identifier pour préparer une riposte. Laissez-le se projeter dans votre environnement. Présentez un descriptif avec photos, un rapport des diagnostics établi par un professionnel pour le mettre en confiance. Pas de vices cachés.  Il doit prendre connaissance de tous les travaux éventuels à réaliser.

On peut vendre en l’état à partir du moment ou vous l’avez précisé. Pas de conseils particuliers dans ce domaine excepté une baisse de prix compensatoire.

Il y a maintenant des techniques de vente liées à des améliorations pompeusement appelées “home staging”. cela consiste à redorer le blason de votre bien pour le vendre plus facilement. Rafraîchissement, réaménagement, redécoration dans une conception plus neutre. C’est tellement évident. Soit vous  passez par un professionnel, soit vous le faites vous-même. Dans les deux cas, ce relookage  aura une incidence sur votre prix de vente que vous ne pourrez peut-être pas indexer. A moins d’habiter au pied de la tour Eiffel ou sur les hauteurs du golf de Saint-Tropez.

Enfin, arrive le moment ou le visiteur vous fait une offre. Dans tous les cas, une négociation s’entame et vous devrez revoir votre prix à la baisse. C’est la complexité du marché d’aujourd’hui, beaucoup d’offres pour une faible demande. Connaissez exactement les limites à ne pas franchir. Débouchez sur  une proposition sérieuse est une étape décisive qu’il ne faut pas manquer. Le train ne sifflera peut-être pas deux fois. Dans le cadre d’un accord, avant de signer un compromis de vente, exigez des garanties financières solides  de votre futur acquéreur sous peine de perdre au minimum trois mois vous obligeant  une nouvelle fois à réviser votre copie puisque le marché est à la baisse.

Vous souhaitez partager votre expérience ou intervenir sur cet article? Utilisez le formulaire de réponse pour connaître vos avis.

nom de ton image

Inscrivez vous à notre Newsletter

Send this to a friend